La dimension primaire de la langue est la synchronie et l’oralité, c’est-à-dire le fait d’être parlée et écoutée. L’homme est avant tout un «locuteur». Il apprend à parler avant d’apprendre à lire et le nombre d’individus ne sachant lire, dans le monde arabe, est bien élevé. Le système graphique n’existe qu’en tant que représentation du système phonique. L’écriture vient doubler la parole. Mais un signe écrit ne tarde pas à usurper le rôle principal.

Arabophones ou araboscribes?

KALLAS, ELIE
1994

Abstract

La dimension primaire de la langue est la synchronie et l’oralité, c’est-à-dire le fait d’être parlée et écoutée. L’homme est avant tout un «locuteur». Il apprend à parler avant d’apprendre à lire et le nombre d’individus ne sachant lire, dans le monde arabe, est bien élevé. Le système graphique n’existe qu’en tant que représentation du système phonique. L’écriture vient doubler la parole. Mais un signe écrit ne tarde pas à usurper le rôle principal.
Pubblicato
File in questo prodotto:
File Dimensione Formato  
KALLAS 1994, Arabophones ou Araboscribes, ACF.pdf

accesso aperto

Tipologia: Documento in Versione Editoriale
Licenza: Creative commons
Dimensione 6.76 MB
Formato Adobe PDF
6.76 MB Adobe PDF Visualizza/Apri

I documenti in IRIS sono protetti da copyright e tutti i diritti sono riservati, salvo diversa indicazione.

Utilizza questo identificativo per citare o creare un link a questo documento: http://hdl.handle.net/11368/1709480
Citazioni
  • ???jsp.display-item.citation.pmc??? ND
  • Scopus ND
  • ???jsp.display-item.citation.isi??? ND
social impact